Jésus s’invite chez Zachée – Luc 19, 1-10

Jésus entra dans Jéricho et traversait la ville. Il y avait là un homme appelé Zachée ; c’était le chef des collecteurs d’impôts et il était riche. Il cherchait à voir qui était Jésus, mais comme il était de petite taille, il n’y arrivait pas à cause de la foule. Il courut alors en avant et grimpa sur un arbre, un sycomore, pour voir Jésus qui devait passer par là. Quand Jésus arriva à cet endroit, il leva les yeux et dit à Zachée : « Dépêche-toi de descendre, Zachée, car il faut que je demeure chez toi aujourd’hui. » Zachée se dépêcha de descendre et le reçut avec joie. En voyant cela, tous critiquaient Jésus ; ils disaient : « Cet homme est allé loger chez un pécheur ! » Zachée, debout devant le Seigneur, lui dit : « Écoute, Seigneur, je vais donner la moitié de mes biens aux pauvres, et si j’ai pris trop d’argent à quelqu’un, je lui rendrai quatre fois autant. » Jésus dit à son propos : « Aujourd’hui, le salut est entré dans cette maison, parce que lui aussi est un descendant d’Abraham. Car le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ceux qui étaient perdus. »

Luc 19, 1-10

Mais qui est ce Jésus ? C’est ce que se demande tout le monde… C’est ce que se demande Zachée… Lui, justement, il est petit. C’est-à-dire qu’il n’est pas très grand.

Alors quand toute la foule se presse pour voir ce fameux Jésus, lui, il ne voit rien du tout… Mais Zachée est petit aussi dans son cœur : c’est un collecteur d’impôts, ce qui ne le rend déjà pas très populaire, un collabo, et malhonnête avec ça ! Alors ce petit homme, on ne va quand même pas se pousser pour lui faire de la place et lui permettre de s’approcher de Jésus.

De toute façon, ce Jésus, c’est quelqu’un de bien. Il ne s’intéresse pas aux escrocs !

Mais Zachée le petit veut voir Jésus. Lui le fonctionnaire zélé, le grippe-sous, le fraudeur, il est intrigué, fasciné par cet homme dont il a tellement entendu parler. Un homme qui parcourt le pays à pieds, vivant de ce qu’on lui donne, donnant lui-même ce qu’il a, ce qu’il est. Un homme qui fait du bien, pour rien. Sans calcul, sans rien gagner.

Alors on voit Zachée faire cette chose complètement inattendue, de la part de quelqu’un de si sérieux : il grimpe dans un arbre ! Il a décidé d’aller au-delà de ce que sa nature l’empêchait de faire jusque là : il est petit, qu’importe, l’arbre est grand, lui. On ne le laisse pas passer devant ? Qu’importe, il ira au-dessus.

Rien ne l’arrête ! Il est déterminé. Zachée vient donc à bout de sa petitesse physique en grimpant dans l’arbre. Mais pour venir à bout de sa petitesse morale, il faudra quelque chose de bien plus grand. Et voilà que Jésus s’arrête, il voit Zachée dans son arbre, et il l’appelle par son nom. Comment Jésus pouvait-il connaître le nom de cet original perché sur un arbre ? Comment l’a-t-il seulement aperçu, au milieu de toute cette foule ? Ah Zachée, tu voulais savoir qui je suis ? Eh bien, moi, je sais qui tu es et je viens chez toi ! Voilà Zachée le petit, vu et reconnu, considéré d’égal à égal par ce grand homme.

Zachée l’exclu qui retrouve ainsi sa place et sa dignité dans une société qui l’a toujours rejeté. Zachée que Jésus appelle par son nom. Et Zachée se dépêcha de descendre et le reçut avec joie ! Il y a là quelqu’un qui l’appelle, qui s’avance vers lui, qui ne fait pas attention à l’opinion publique. Ah, la joie de Zachée ! Voilà quelqu’un qui pose un regard uniquement fait d’amour sur lui. Pas sur ce qu’il a fait, pas sur ses actes répréhensibles, pas sur ses efforts pour être quelqu’un, mais sur lui, Zachée, le petit. Sur lui, tout simplement.

La joie de Zachée… Comme elle est grande, la joie de ce petit homme. Poussé par la puissance de l’amour qu’il a rencontré, il prononce quelques mots importants et décisifs pour sa vie à venir : la moitié de ses biens appartient désormais aux pauvres, et les trompés seront remboursé quatre fois. Sa rencontre avec le Christ le transforme, et en conséquence il transforme sa vie. A celui qui n’avait qu’un souci, amasser, succède celui qui n’a plus qu’un souci : donner. Ce n’est pas parce qu’il donne quelque chose aux pauvres qu’il est sauvé. C’est parce qu’il est sauvé qu’il peut donner quelque chose. Dieu n’a pas attendu qu’il change de vie pour s’inviter chez lui. Mais c’est cette rencontre qui a donné à l’homme la volonté et la force de changer de vie.

« Le salut est entré aujourd’hui dans cette maison, parce que cet homme est aussi un fils d’Abraham ». Pour Jésus, c’est une évidence. Cet homme est sauvé de sa petitesse. Il est devenu grand. Pour Jésus, ils sont tous frères et sœurs, les prêtres et les collecteurs d’impôts, les pécheresses et les pharisiens, les grands et les petits. L’Evangile nous invite aujourd’hui à devenir comme Zachée : prêts à la rencontre, prêts à prendre de la hauteur, prêts à recevoir le Christ dans notre vie et à le laisser la transformer, prêts à l’inattendu, à l’improbable, à la joie. La joie d’entendre pour nous aussi ces mots murmurés par Jésus : Descend, je viens chez toi ! Descend, j’ai besoin de toi.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.