J’avais faim et vous m’avez donné à manger… Matthieu 25, 31-46

5. « Car j avais FAIM, et vous m avez donné à MANGER…

Jésus parlait à ses disciples de sa venue : «Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il siégera sur son trône de gloire. Toutes les nations seront rassemblées devant lui ; il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des chèvres : il placera les brebis à sa droite et les chèvres à sa gauche. Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : «Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le royaume préparé pour vous depuis la création du monde. Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ; j’étais nu, et vous m’avez habillé ; j’étais malade et vous m’avez visité ; j’étais en prison et vous êtes venus jusqu’à moi !» Alors les justes lui répondront : «Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu… ? Tu avais donc faim et nous t’avons nourri ? Tu avais soif et nous t’avons donné à boire ? Tu étais un étranger et nous t’avons accueilli ? Tu étais nu et nous t’avons habillé ? Tu étais malade ou en prison… Quand sommes-nous venus jusqu’à toi  Et le Roi leur répondra : Vraiment je vous le dis, chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.» Alors il dira à ceux qui seront à sa gauche : «Allez-vous-en loin de moi, maudits, dans le feu éternel préparé pour le démon et ses anges. Car j’avais faim et vous ne m’avez pas donné à manger; j’avais soif et vous ne m’avez pas donné à boire , j’étais un étranger et vous ne m’avez pas accueilli ; j’étais nu et vous ne m’avez pas habillé ; j’étais malade ou en prison, et vous ne m’avez pas visité.» Alors, ils répondront, eux aussi : «Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu avoir faim et soif, nu, étranger, malade ou en prison, sans nous mettre à ton service ?» Il leur répondra : «Vraiment, je vous le dis, chaque fois que vous ne l’avez pas fait à l’un de ces petits, à moi non plus vous ne l’avez pas fait.» Et ils s’en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes, à la vie éternelle.»

Beaucoup d’entre nous, nous sommes habitués, à la fin de chaque année fiscale de faire le bilan financier des douze derniers mois. En ce dernier dimanche de l’année liturgique, l’évangile d’aujourd’hui nous propose de faire le bilan de notre vie chrétienne, de l’année qui se termine. Ce bilan se fait à partir de ce que le Seigneur appelle “son commandement nouveau” «Tous sauront que vous êtes mes disciples si vous vous aimez les uns les autres». Et l’évangile nous éclaire sur la mise en pratique de ce commandement nouveau, en nous rappelant ce que nous avons fait ou oublié de faire : «J’avais faim, vous m’avez donné à manger, j’avais soif, vous m’avez donné à boire, etc » Le calcul est simple. On croyait que le jugement porterait sur des actions d’éclats, des faits d’héroïsme, une moralité impeccable… que l’on y jugerait les péchés les plus graves, les actions les plus mauvaises ! Eh bien non !  En fait, il s’agit de gestes de tous les jours, de gestes que font les parents pour leurs enfants, les gens ordinaires pour leurs voisins, des gestes de solidarité, de gentillesse, d’accueil, de sollicitude… des gestes qui peuvent être faits par tous et chacun et qu’une foule de gens font effectivement, sans pour autant le crier sur les toits… On pourrait aussi penser que ces gestes dont parle Jésus, devraient être fait au nom de Dieu, comme des gestes religieux, des offrandes, des sacrifices… Mais non, ni les gens du premier groupe, ni ceux du second n’ont reconnu le Seigneur dans ces gestes simples. Aucune des actions mentionnées par le Seigneur ne semble être de nature strictement religieuse. Jésus nous rappelle aujourd’hui, que nous serons jugés sur l’amour et exclusivement sur l’amour. Il s’agit d’un amour très simple : donner à manger, à boire, accueillir, habiller, visiter, soigner, encourager, relever, soutenir… Ainsi, nos plus humbles gestes d’amour ont une valeur infinie, une valeur d’éternité. La liste citée par Jésus n’est d’ailleurs ni limitative, ni exhaustive. Ce sont des exemples que nous pouvons prolonger dans notre vie : mon enfant pleurait la nuit, et je me suis levée pour le consoler et le soigner. Ma vieille maman ne pouvait plus bouger, et je l’ai aidée à sortir de son lit pour s’asseoir dans son fauteuil. Nos voisins avaient besoin d’amitié, et nous les avons entourés. Dans la paroisse, on cherchait des bénévoles et j’ai retroussé mes manches pour donner un coup de main. Mon collègue de travail avaient besoin d’être défendu et j’ai osé m’opposer à ceux qui le calomniaient. Un appel a été lancé pour parrainer un enfant en grande difficulté et j’ai apporté ma petite contribution… Mon conjoint, mes enfants, mes amis, mon colocataire, mon employé… je vous laisse terminer la liste ! Jean Chrysostome fait remarquer avec beaucoup de finesse que le Seigneur ne demande ici, que des gestes bien modestes. Il n’est pas dit, non plus, que celui qui a faim est rassasié, que celui qui est malade est guéri, que celui qui est en prison est libéré. Ce qui compte, c’est de faire quelque chose, si petite soit l’action accomplie. C’est alors que, lors de ce rendez-vous ultime avec le Christ, Dieu n’aura même pas à nous «juger» puisque nous nous serons jugés nous-mêmes tout au long de notre vie. En fait, Dieu n’aura qu’à dévoiler ce qui était «caché» dans chacune de nos journées. Ce jour-là, le Seigneur nous aidera simplement à vérifier, par nous-même, si nous avons été réellement humains envers les autres humains. En fait, l’examen ne produira pas de grandes surprises. Nous pouvons connaître les résultats à l’avance car nous savons quelle est la matière à examen. Le professeur nous a donné les questions, tout en nous indiquant en même temps les bonnes réponses. Et contrairement à ce qui se passe lors de nos examens à nous, les plus intelligents et les plus studieux n’auront pas des avantages spécifiques. Tous peuvent réussir cet examen final, sans distinction de race, de religion, de quotient intellectuel. Le Christ ne nous demandera pas si nous sommes diplômés d’une université prestigieuse, si nous avons réussi une brillante carrière, si nous avons gagné beaucoup d’argent, si notre carte de visite est bien fournie… Le tableau du jugement dernier n’a pas pour but de nous remplir de peur en mettant l’accent sur une condamnation à venir, mais c’est une invitation à nous préoccuper du moment présent. C’est maintenant que commence l’éternité, c’est maintenant que nous pouvons donner à manger à ceux qui ont faim, c’est maintenant que nous pouvons visiter ceux et celles qui vivent dans la solitude, aider nos voisins qui ont besoin d’assistance, consoler ceux qui sont dans le deuil… C’est maintenant que nous pouvons assurer notre amitié avec Dieu. Chaque fois que vous le faites à l’un de ces petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous le faites !

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.