Et si on faisait le mur (de notre cimetière) ?

Vous avez été nombreux à nous demander des nouvelles du mur du cimetière quand vous avez appris que le mur du cimetière juif de Beyrouth qui jouxte le notre, s’était écroulé après les pluies diluviennes la semaine dernière.

Notre mur va bien, enfin, il ne s’est pas (encore) écroulé lui. Il s’en ait fallu de peu pourtant puisque à 5m près nous subissions les mêmes déboires.

Néanmoins, ce fait a le mérite de révéler le problème de ces murs centenaires faits de sables qui s’effritent avec le temps et les intempéries. On peut voir dans tout Beyrouth que ce type de mur est dangereux car très fragiles.

Ainsi, nous n’attendrons pas quelque chose de semblable se passe pour réagir et avons décidé d’anticiper pareille mésaventure en prenant l’attache d’entrepreneurs et ingénieurs bâtiments/structures pour faire des séries de préconisations que nous mettrons en travaux le plus tôt possible.

Voici quelques photos spectaculaires, qui vont encore nourrir un peu plus l’histoire de cette rue de Damas, ancienne ligne de démarcation entre Beyrouth Ouest et Est pendant la guerre, qui abrite depuis le 19ème siècle un cimetière juif caché, d’une communauté qui ne compterait plus qu’une trentaine d’âme dans tout le pays.

Ici, la limite entre les 2 murs donnant sur la rue de Damas.
Print Friendly, PDF & Email

2 Replies to “Et si on faisait le mur (de notre cimetière) ?”

  1. Guillierme

    Impressionnant de voir les dégâts causés par les pluies, il est sage de faire un diagnostic afin d’éviter qu’une telle “tuile” nous arrive aussi !
    Bon courage à tous, et mes messages fraternels.
    Sylvie Guillierme

Répondre à Guillierme Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.