Les rapatriements d’Estelle et Zara.

Vous le savez peut-être déjà si nous vous comptons parmi les abonnés à notre newsletter hebdomadaire : nous soutenons depuis début juin une action d’entraide alimentaire permettant de livrer 50 paniers de provisions chaque semaine à destination de travailleuses et travailleurs migrants au Liban pris dans le feu de la situation catastrophique que traverse le pays.

Mais en septembre, l’église a été sollicité sur une toute autre problématique touchant une mère de famille ivoirienne, recluse dans un centre de rétention à Damas (Syrie) depuis février avec sa fille en bas âge.

Sur le papier rien ne paraissait bien insurmontable, en possession d’un laisser-passer ivoirien censé pouvoir la faire transiter libre jusqu’à son pays par le premier vol disponible.

Dans les faits, cette action a nécessité toute une chaine de mise en relation et de coordination et nous voulions célébrer avec vous d’abord la grâce de Dieu d’avoir pu faire libérer Estelle et sa fille Zara qui ont retrouvé leur famille et aussi remercier tous ceux qui ont pu aider, contribuer de près ou de loin à leur retour à Abidjan.

D’abord, nous voulons remercier le Révérend Joseph Kassab, Secrétaire Général du Synode arabe, qui a permis de mobiliser sur place à Damas le Pasteur Zaour qui s’est admirablement acquitté d’établir un contact avec Estelle, nous informant de l’évolution de la situation sur place et a acheté les billets d’avion de la liberté sur les fonds propres de sa propre paroisse de Damas.

Jacques, un travailleur migrant burkinabé travaillant au Liban, qui n’a pas ménagé son temps et toute son énergie à maintenir le contact téléphonique avec Estelle pour l’informer des avancées ou des retards éventuels ainsi qu’à réaliser les formalités administratives nécessaires en lien avec l’ambassade de Cote d’Ivoire – un travail et un investissement exceptionnels de sa part,

Christoff, artiste français en résidence dans notre cimetière protestant Français de Beyrouth et le Pasteur Patrick, d’une église africaine dans les hauteurs de Bikfaya, qui nous ont fait remonter ce dossier et ont coordonné avec nous,

Delphine, ivoirienne et membre de notre église qui est une proche d’Estelle et Zara.

Mreich qui a gentiment par deux fois fait acheminer les documents officiels depuis Beyrouth pour Damas,

Moussa, un membre de l’ambassade du Nigéria à Damas qui a fait interface avec les autorités syriennes pour nous indiquer les formalités nécessaires à la libération d’Estelle,

Mathieu Busch, Secrétaire Général de l’Action Chrétienne en Orient qui nous a aiguillé vers le Synode arabe pour avoir un contact sur place,

La CEEEFE et la Fondation du Protestantisme qui ont sécurisé une enveloppe pour aider aux opérations de rapatriements de travailleurs et travailleuses migrantes au Liban qui n’ont d’autre choix que de rentrer.

Cela fait une semaine qu’Estelle et Zara sont de retour chez elles et elles sont encore pleines de reconnaissance pour Dieu et tous ceux qui ont œuvré selon la volonté du Seigneur. Nous vous laissons écouter un de leur nombreux messages adressé celui-ci en particulier à la communauté protestante française et libanaise de Beyrouth :

Un message venu du ciel.

Jésus les regarda, et leur dit: Aux hommes cela est impossible, mais à Dieu tout est possible.

Matthieu 19:26
Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.