Culte du dimanche 18 avril 2021

Ce matin, Dieu nous accueille.  Il se réjouit de nous voir réunis. Que nous soyons en joie ou en tristesse que nous marchions sur les chemins de la foi ou du doute, recevons de lui la paix dans notre cœur et dans nos vies. Accueillons-nous comme Dieu nous accueille.

Dimanche dernier, notre partage communautaire s’est concrétisée par une guirlande de prières… elle est accrochée ici, dans le jardin qui n ous accueille ce matin…  Grâce à vos contributions de dimanche dernier, voici la très belle prière qui nous est offerte :

Je rends grâce à Dieu pour ces retrouvailles avec vous tous dans la foi et la prière. Merci Seigneur pour ton Amour, merci pour chaque nouveau jour que tu nous donnes, merci pour chaque bienfait qui réchauffe notre cœur. Merci car je suis dans une immense joie ce matin d’être en ta présence, Seigneur, au milieu de ce temps de confinement difficile. Permets que, chaque dimanche je sois autorisée à rejoindre la communauté. Merci Seigneur car tu es fidèle je te reçois dans mon cœur. C’est pour toi que je veux vivre, c’est grâce à l’amour que tu m’offres que je suis vivante. Magnifique est le Seigneur ! J’ai confiance en Toi Jésus. Je t’aime. Merci pour ta force, ta protection, donne-moi toujours de croire en Toi.

Nous voici avec nos colères, nos souffrances, nos fatigues, l’angoisse et la révolte contre l’injustice et le laisser-faire de la classe dirigeante… Loin de baisser les bras, cela renforce notre combat pour un avenir meilleur, digne du Liban. Par la grâce que tu nous offres, Seigneur Jésus Christ, prends notre cause en main, donne-nous la force de nous relever… afin que jamais nous ne baissions les bras et que nous puissions croire en la résurrection à tous les niveaux et y contribuer par notre foi et nos efforts. Réveille la conscience de la classe politique libanaise, qu’elle se préoccupe du bien de ce peuple en souffrance.  Même si tout semble chaotique en ce moment, j’ai de l’espoir pour le Liban, et j’aimerais pouvoir jouer un rôle pour contribuer à restaurer ce pays et à lui offrir un avenir meilleur.

Quelle belle prière, elle témoigne d’une grande sensibilité spirituelle… J’ai été frappé dimanche dernier par l’affirmation de l’une d’entre vous : “j’ai besoin de vider mon sac !”  Vider son sac… trop lourd à porter, trop encombré pour accueillir du neuf… Ce qui m’a surpris aussi, c’est qu’aucune d’entre vous n’a dit  :  Où est Dieu dans toutes ces difficultés que nous traversons ?  Que fait-il face à tant d’injustices et de mépris ? Pourquoi semble-t-il nous délaisser quand les choses vont mal ?

Ce matin je vous ai apporté une tenture qui vient de Haïti  (Jacques Cherry) Elle exprime le questionnement douloureux des chrétiens Haïtiens face à l’injustice, face au triomphe du mal, face au sentiment d’abandon de la part de Dieu… Elle va nous servir comme support visuel pour enrichir notre réflexion et notre partage…

Sur cette tenture, il n’est pas question de la CROIX DU CHRIST mais de L’ARBRE DU CHRIST . Cet arbre est plantée sur la colline des suppliciés (le Golgotha) comme pour nous dire : “là où le mal abonde, la Grâce surabonde…”

Il y a le monde les TÉNÈBRES du monde (qui semble être condamné à disparaître) et celui de la LUMIÈRE (qui aspire tout vers le haut) La Croix apparaît ici comme un SIGNAL donné au monde : la puissance du mal n’aura pas le dernier mot, ses jours sont comptés, son règne prendra fin.

Sur l’Arbre de Jacques CHERY, le CRUCIFIE est à la fois le RESSUSCITE et le GLORIFIE (aspiré vers la lumière d’en haut ) C’est l’ARBRE DU SALUT, symbolisé par la profusion et la diversité des ses FRUITS capables de rassasier les hommes…

Malgré l’EXPLOITATION de la terre, l’IDOLÂTRIE de l’argent, l’ASSERVISSEMENT des humains, dont les droits élémentaires sont bafoués, il y a une COMMUNAUTÉ réconciliée dans le partage et l’accueil, où chacun(e) est accueilli, respecté, rassasié dans la lumière de Dieu. Le CHRIST a le VISAGE de celles et ceux qui souffrent

Confession de foi Je crois en Dieu le Père. créateur d’un monde appelé à devenir une Terre de Dieu Il est le Dieu de l’Alliance, qui veut réconcilier toute chose avec lui. Il a planté sur les terres dévastées des hommes l’Arbre du Christ, qui met en lumière leurs œuvres ténébreuses, les invitant à se tourner vers la lumière éclatante de Pâques, qui éclaire l’avenir du monde d’une indéfectible espérance.

Je crois en l’Esprit Saint, par qui le monde reçoit la vie et l’amour, et qui rend possible toute justice et toute espérance.

Je crois que nous ne sommes pas des individus isolés, mais un peuple, le peuple de Dieu, son Eglise, signe d’unité et d’amour, signe de présence et de tendresse de Dieu.

Je crois que le monde est déjà sauvé, que le mal est déjà vaincu, que l’homme est déjà renouvelé. Mais je sais que cette résurrection doit se faire chaque jour, jusqu’à ce que Jésus revienne et nous rendent semblable à lui. C’est pourquoi j’attends un monde nouveau. Seigneur, que ton règne vienne.

La Sainte Cène, que nous allons célébrer ensemble, c’est la Présence de Dieu, réaffirmée dans l’aujourd’hui de nos vies, dans l’aujourd’hui du monde, si déroutant, si déprimant quelques fois c’est le démenti de Dieu, à celles et ceux qui me font croire que je ne suis rien, que je ne compte pas, que je suis indigne… à celle et ceux qui laissent entendre que le mal est plus fort que le bien,  qu’aimer c’est un aveu de faiblesse… que le monde est voué à se perdre dans la violence et la haine

A travers la Sainte Cène, Dieu plante sur les terre dévastée des hommes, l’Arbre du Christ, promesse de vie pour ceux qui se réfugient sous son ombre, préfiguration du monde nouveau, déjà entrain de naître, porteur de fruits nourrissants à partager pour rassasier ceux qui ont faim, d’amour, de justice, d’apaisement…

A la table du Christ, Dieu qui se donne avec la générosité d’un Amour que rien ne peut contenir, que rien ne peut arrêter… Dieu devient aussi réel pour moi, que du pain qui nourrit mon corps, que du vin qui réjouit mon cœur…

Heureux sommes-nous d’être au bénéfice de cette promesse de vie et d’amour, qui vient nous restaurer, nous réconforter, nous remettre debout, pour que nous soyons des êtres nouveaux, témoins de son infinie tendresse. Rassemblons-nous, accueillons-nous les uns les autres, partageons notre joie, alors que nous approchons de cette table préparée pour nous…

Auj. Seigneur, nous nous souvenons des paroles et des gestes que toi Jésus, tu as institué lors de ton dernier repas, partagé avec tes disciples, nous déposons toutes les peurs, les violences, les injustices, les haines de ce monde pour accueillir à travers ce pain que tu nous donnes et cette coupe de bénédiction que nous partageons l’assurance de l’Amour indéfectible que tu nous portes. Par le don total et consenti de ta vie et de ta personne, tu as dépassé la violence et la haine des hommes pour que l’humanité puisse trouver la paix. Nous t’en prions, donnes-nous, par ton souffle vivant, des regards qui apaisent, des gestes qui font du bien et des mots qui créent du lien. Donne-nous d’être des témoins de l’espérance de la vie, plus forte que toutes les morts, et de la force de ta résurrection.

Seigneur, nous aussi, en toute simplicité, nous voulons maintenant nous rassembler dans le partage du pain et du vin, et entrer dans l’Esprit de Jésus-Christ, qui le soir de la Pâque avait dit : Prenez, mangez, ceci est mon corps ! Prenez et buvez, ceci est le sceau de l’Alliance nouvelle ! Ce pain que nous avons préparé, nous souhaitons le recevoir de ta main en faisant nôtres les paroles du Christ : Notre Père qui es aux cieux…

Je ne mettrai pas dehors celui qui vient à moi !” nous dit Jésus Que toutes celles et ceux qui reconnaissent en Jésus, le Sauveur du monde, l’Envoyé de Dieu, l’Ami fidèle qui nous rend heureux, viennent à lui pour avoir communion avec lui et les unes avec les autres…

Pour ce moment de partage qui nous rassemble ici, pour cette manière si simple, si discrète de nous dire : “je vous aime” pour ce lieu que tu nous donnes pour reprendre souffle, pour retrouver l’espoir pour ta Parole qui nous guérit de nos peurs, qui nous relève de nos doutes, qui nous invite à la fête… nous te disons MERCI à travers le partage du pain et du vin, tu nous as redis de quel amour tu nous aimes. Cela nous réconforte, cela nous remplis de joie, nous t’en rendons grâce. Que notre vie soit un écho à celle de ton Fils, lui qui se donne, sans réserve, lui qui nous accompagne aujourd’hui, demain et pour les siècles des siècles. Nous voulons encore déposer devant toi, Seigneur, les soucis, les questions et les détresses des hommes. Souviens-toi de celles et ceux qui sont aux prises avec des difficultés. Console et réconforte celles et ceux qui sont affligés, les malades du corps et de l’âme,  celles et ceux qui sont privés du secours humain, qui souffrent injustement dans un monde inhospitalier. Souviens-toi des membres de nos familles, auprès et au loin, et sois auprès de ceux qui n’ont pas de famille. Suscite des témoins joyeux et courageux et donne-nous d’être porteurs de paix, d’amour et d’espérance.

Bénédiction Allez et marchez. Que le monde voit votre lumière, Qu’il entende votre parole, Qu’il ressente votre joie, Car vous êtes des témoins du Christ ressuscité Dieu vous bénit. Que l’amour, par le Père, soit répandu en vos cœurs. Que la paix, par le Fils, naisse de votre témoignage. Que l’espérance, par l’Esprit saint, anime votre vie. Dieu vous garde.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.