Culte du dimanche 13 juin 2021 avec bibliologue autour de la multiplication des pains

Bienvenue pour ce moment de culte ! Vous êtes des invités et Dieu nous attend. Il attend que notre main saisisse la sienne. Il attend que notre bouche dise ses louanges. Il attend que nos cœurs se tournent vers lui.
Il attend que notre intelligence s’ouvre pour accueillir sa Parole.
Oui Dieu nous attend et nous offre la force de son Souffle et la lumière de son Esprit. Alors : Que la lumière de Dieu, Père, Fils et Souffle de Vie soit avec nous tous ce matin !
Invoquons LE SEIGNEUR par cette affirmation :
Parmi les pauvres, parmi les orgueilleux
Parmi les persécutés, parmi les privilégiés
CHRIST VIENT FAIRE TOUTE CHOSE NOUVELLE
A l’intérieur des maisons et sur les places publiques
Au festin du mariage et dans la salle de tribunal
CHRIST VIENT FAIRE TOUTE CHOSE NOUVELLE
Par une caresse pleine de tact, et dans une parole de colère
Par une conscience claire ou dans un amour brûlant
CHRIST VIENT FAIRE TOUTE CHOSE NOUVELLE
Pour que vienne ton Règne , pour que le monde croie
Pour que les puissants chancellent et que les ignorés soient reconnus
CHRIST VIENT FAIRE TOUTE CHOSES NOUVELLES
En nous et sans bous
Avant nous et après nous
Ici et partout
Aujourd’hui et toujours
CHRIST VIENT FAIRE TOUTE CHOSE NOUVELLE
PRIÈRE pour déposer nos vies devant Dieu
Mon Dieu, comme les foules de Galilée, nous voulons faire route à ta suite, mais si
souvent, sur le chemin, nos pas sont attirés par d’autres dieux ;
Nous regardons vers d’autres possibles alors que toi seul a les paroles de vie
éternelle. Seigneur tu veux faire de nous tes disciples, tu nous appelles à te préférer
à tout, mais le poids du quotidien pèse plus lourd que ce qui a valeur éternelle.
Par ton Esprit tu nous dynamises, mais nos cœurs sont encombrés et fermés à ton
appel. Et Nos esprits sont assombris par nos luttes. Pardonnes nos fuites, nos
manques de confiance alors que tu nous proposes de porter le fardeau des jours
avec toi .Pose ton regard sur nos manques, nos chemins détournés et nos impasses.
Et ouvre-nous à la force de ton pardon.

PAROLES DE RELÈVEMENT :
Dieu bon, par ta parole, par tes dons renouvelés, tu nous manifestes ta fidélité. Tu
nous fais grâce et tu nous offres la paix. Tu nous consoles et tu nous réconfortes
Alors : que notre cœur s’ouvre à la parole de réconciliation portée par l’évangile de
Matthieu dans laquelle Jésus invite à déposer et il porte avec nous et souvent à
notre place : «Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi je
vous donnerais le repos »
PRIÈRE
Seigneur, donne-moi d’être à ton écoute, d’être réceptif à ton message, de laisser
tes mots me bousculer, m’interpeller, fais résonner ta parole en moi ; amen
LECTURE : Marc 7,24 à 30 LA FOI DE LA SYRO PHENICIENNE
BIBLIOLOGUE :la multiplication des pains 2
Les textes bibliques sont fait comme d’un feu noir, les lettres, les mots, les
phrases, et de feu blanc, les espaces entre les lettres, les mots, les silences aussi ;
tout cela nous le remplissons avec nos pensées, nos sentiments, nos questions …le
feu noir et le feu blanc se mêlent aussi dans nos cœurs par l’action du saint Esprit.
Aujourd’hui je vous invite à ce voyage où pourra résonner l’histoire biblique en
nous et avec nous. Je vais lire le texte de la Bible par petits bouts, et je vous
inviterais à prêter votre voix à un personnage, à dire ce que vous pensez si vous
étiez lui, dans sa situation ou en lien avec votre situation aussi ; si vous souhaitez
ainsi prendre parole, levez s’il vous plaît la main ,je me tiendrais proche de vous,
et je me ferais l’écho de votre parole pour vous et pour tous. Toute parole est
importante, il n’y a rien de faux, chacune de vos participations, même vos silences
sont importants et précieux.
Mais d’abord, laissons-nous emmener dans un voyage pour arriver au cœur de
l’histoire biblique ; nous quittons ce lieu paisible du centre de la ville. Nous
sommes sur une colline en Palestine au temps de Jésus. Nous suivons depuis
quelques jours Jésus et ses disciples dans la région de Galilée. C’est un chemin
mouvementé entre villages et lieux déserts, entre maisons et synagogues, entre lac
et montagne. Nous voilà une fois de plus au bord du lac. Jésus vient de guérir un
sourd muet, il lui a dit en araméen : « Ephata » c’est-à-dire : « ouvre-toi », et cet
homme a pu entendre tous les mots ! Parce que Jésus guérit, la foule qui le suit est
nombreuse, elle s’assied ici pour écouter les paroles de Jésus, nous sommes avec
eux et le temps passe très vite : voilà trois jours et trois nuits que nous sommes
toutes et tous assis là pour l’écouter.
Bibliologue :

1.« Ces jours-là la foule était très nombreuse, s’était à nouveau réunie et n’avait
pas de quoi manger. Jésus appela ses disciples et dit :je suis rempli de compassion
pour cette foule car voilà 3 jours qu’ils sont près de moi et ils n’ont rien à manger.
Si je les renvoie chez eux à jeun, leurs forces leur manqueront en chemin car
beaucoup sont venus de très loin. »
Tu es la femme de Saïda, tu as suivi jésus depuis la guérison de ta fille. Pendant
trois jours tu as écouté cet homme qui a relancé l’espérance en toi. Dans votre
échange, il t’avait parlé de pain et toi de miettes de pain. Or cela fait trois jours que
tu es ici sans manger, qu’espères-tu cette fois de Jésus ?
………………………………………………………………………………………
……
2.« Les disciples lui répondirent : comment pourrait-on leur donner assez de pain,
ici dans cet endroit désert ? »
Tu es André, tu es inquiet car vous voilà dans un lieu désert et il y a une foule.
Que signifie pour toi le désert ?
………………………………………………………………………………………

3.« Jésus leur demanda : combien avez-vous de pains ? Sept, répondirent-ils. »
Tu es Jean, un autre disciple, tu te souviens de l’autre multiplication des pains,
que ressens-tu devant cette nouvelle situation de crise ?
………………………………………………………………………………………
4.« Alors Jésus fit asseoir la foule par terre, prit les sept pains et, après avoir
remercié Dieu, il les rompit, les donna aux disciples pour les distribuer et ils les
distribuèrent à la foule. Ils avaient encore quelques poissons, Jésus les bénit aussi
et les fit distribuer. »
Tu es celui qui était sourd et muet, on te surnomme maintenant « Ephata ».
Dans ta poche, tu sens un petit morceau de pain sec que tu avais amené pour ce
voyage à la suite de Jésus. Tu viens juste d’être guéri, et ta parole peut maintenant
sortir librement de ta bouche. Vas-tu oser parler et dire quelque chose ?
………………………………………………………………………………………
5.« Ils mangèrent et furent rassasiés et l’on emporta 7 corbeilles pleines de
morceaux qui restaient »
Tu es une des 7 corbeilles de pain. Tu avais déjà servie et bien remplie avec les
douze autres la première fois. Es-tu fière de ramasser ces restes ?
………………………………………………………………………………………
6.« Ceux qui mangèrent étaient environs 4000.Ensuite Jésus les renvoya et aussitôt
il monta dans la barque avec les disciples. »
Tu es Jacques. Tu es parti en dernier vers le lac pour indiquer encore le chemin à
ceux de la foule qui le demandaient. Tu vois les sept corbeilles éparses sur la
colline et encore tout ce reste de pain ! Qu’est ce qui te vient à l’esprit quand tu
vois tout ce pain épars, qui reste là ?
………………………………………………………………………………………

Ici se termine l’échange; les interventions restent dans le groupe qui a vécu le
bibliologue. On termine en remerciant les participants.
Merci femme de Saïda, merci André, merci Jean, merci Ephata, merci Corbeille,
merci Jacques, merci à vous tous qui avaient donnés vos voix ou pensés en silence.
Nous allons quitter cette colline et revenir ici dans ce jardin à Beyrouth, et écouter
en entier ce texte : évangile de Marc 8, versets 1 à 9
Expression de foi :
Je crois en Jésus de Nazareth, l’homme fatigué qui s’est assis au bord d’un puits et
qui a osé parler à une femme étrangère.
Je crois en Jésus de Nazareth qui s’est laissé interpellé au-delà des frontières et des
convenances, et qui a élargi son regard et le message du Royaume de Dieu
lorsqu’une femme cananéenne s’est humilié à l’image des petits chiens.
Je crois en Jésus de Nazareth, cet homme qui accepte qu’une femme lui lave les
pieds de ses larmes et répande sur eux un parfum précieux.
Je crois en Jésus de Nazareth, cet homme de souffrance, abandonné, humilié,
flagellé, crucifié suivi par quelques femmes jusqu’au pied de la croix, et qui trouve
la force de pardonner à ses bourreaux.
Je crois en Jésus de Nazareth, qui n’est pas au tombeau lorsque les femmes veulent
l’embaumer mais qui partage la route de pèlerins découragés et qui se révèle dans
le pain rompu et partagé.
Je crois en Jésus de Nazareth, je crois qu’il est le Christ de Dieu le Père
Je crois que par son Esprit il est avec nous tous les jours.


PRIÈRE D’INTERCESSION
Je vous invite à la prière :
Seigneur tu as brisé les barrières quand tu t’es faufilé parmi nous.
Parce qu’en Jésus, en Jésus souriant, en Jésus partageant ses récits, en Jésus
contesté et contrariant, en Jésus aimant et pardonnant, tu as rejoint, dans ce temps
de louange, de prière, et dans cet échange de bibliologue, chacun et chacune
d’entre nous. Tu nous as touché en révélant comment, en Christ, il n’y a plus de
barrière, plus de ségrégation :
CAR TOUS SONT UN EN JÉSUS CHRIST
Tu nous as ouvert les yeux et nous avons vu combien les mains des riches étaient
vides et combien les cœurs des pauvres étaient pleins.
Tu as osé mettre en évidence le sou de la veuve, les pains de l’enfant, le nourrisson
au sein, et signaler le chemin de ton royaume à des disciples perdus dans la
simplicité de ces évènements-là.
Tu as dit : « suis-moi » parce que, de nous-même, nous n’aurions jamais découvert
qu’en Christ il n’y a plus de barrière, plus de ségrégation, plus de classe sociale :
CAR TOUS SONT UN EN JÉSUS CHRIST

Tu nous as donné des mains à serrer, des mains noires et des mains blanches, des
mains d’orient et d’occident, d’Asie et d’Afrique.Les mains d’amoureux qui
serrent forts, et celles, hésitantes, qui ne se croient pas dignes de serrer. Et quand
nous voulions lever le poing, tu voulais encore nous ternir la main, parce qu’en
Christ il n’y a plus de différence, pas de noir, de blanc, de pur, d’impur :
CAR TOUS SONT UN EN JÉSUS CHRIST. Ici, en compagnie des proches que
nous connaissons, et des étrangers que nous croisons, nous te demandons d’aimer
comme Jésus a aimé. Et que ce lieu et ce temps, bon Maître, deviennent, et
l’endroit et le moment où terre et ciel se rejoignent et se fondent, et où nous
pouvons, par notre parole et dans notre corps saisir que NOUS SOMMES TOUS
UN EN JÉSUS CHRIST ET C’EST POURQUOI NOUS TE LOUONS ET
D’UNE MÊME VOIX NOUS TE PRIONS : NOTRE PÈRE


ENVOI – BENEDICTION
De là où nous sommes jusqu’à là où tu as besoin de nous :
JÉSUS CONDUIS NOUS
De la sécurité de ce que nous connaissons jusqu’à l’aventure de ce que tu révéleras :
JÉSUS CONDUIS NOUS
Pour façonner le tissu de ce monde jusqu’à ce qu’il ressemble à la forme de ton royaume :
JÉSUS CONDUIS NOUS
Parce que de bonnes choses ont été préparées pour ceux qui aiment Dieu :
JÉSUS CONDUIS NOUS
Et que sur ce chemin tu nous bénisses et tu nous gardes. Amen

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.