Culte du dimanche 29 Novembre

Culte en audio et en lecture

ACCUEIL   
En ce début de l’Avent , Dieu vient réveiller nos cœurs alourdis, il vient secouer notre torpeur spirituelle. Il nous donne d’écouter à nouveau les murmures de son Esprit qui, en nous prie, veille, espère… Seigneur, ravive notre attente, la vigilance active de notre foi fais de nous des veilleurs qui préparent et hâtent l’avènement et le triomphe ultime de ton Royaume, celui du règne de l’Amour

Alors qu’en ce début de l’Avent, nous sommes invités à préparer nos cœurs à la venue du Sauveur, nous avons du mal à anticiper cette fête de Noël qui s’annonce… La pandémie sournoise et imprévisible qui sévit depuis des mois semble déjà avoir tout gâchée… Nous avons d’autant plus de mal, que la crise politique et économique au Liban, la violence, la haine, la guerre qui se déchaîne dans le monde, le mépris, l’exclusion, la déshérence de tant de frères humains nous fait soupirer : “Quand se lèvera le jour d’un monde fraternel, enfin vivant ?”

Il nous faut une Lumière qui transforme ces nuits en jour et nous tienne éveillés, debout, pour apporter la réconciliation, pour rassasier de pain et d’amour, pour offrir l’amitié et le respect, pour allumer dans toutes les nuits du monde, le feu de l’espérance.

Il nous faut une Lumière pour n’être pas condamnés à la nuit. Il nous faut une Lumière pour veiller et ne pas se laisser surprendre, alerter les voisins, lorsque la nuit tente de se faufiler dans nos vies. Il nous faut la Lumière pour avancer, confiants en l’avenir.

Il nous faut la Lumière, dites-vous ! Mais n’est-elle pas déjà venue ? Oui, elle est déjà avec nous ! Elle s’appelle Jésus Christ. Elle a brillé en pleine nuit du monde, du temps et des coeurs. En naissant, Jésus Christ a enraciné en nous, la Lumière de Dieu.

A nous de quitter la nuit et de devenir enfants de Lumière A nous, de nous laisser réveiller par les multiples appels de nos frères. Retrouvons, en nous, les sources cachées de l’évangile : accueillons cette Lumière, qu’elle nous empêche de nous endormir. Rayonnons de cette lumière capable de réchauffer les cœurs et d’allumer le sourire sur nos lèvres

PRIÈRE  Dieu de l’inattendu, toi qui fais du neuf et qui passes en secret dans nos vies, nous croyons que tu es là aujourd’hui dans ce temps d’attente et de désir. Redresse-nous lorsque nous sommes courbés sur le chemin. Relève nos têtes dans la nuit de la foi.  Viens, Seigneur Jésus !

Dieu de l’inespéré, toi qui naît sans cesse, qui habites nos questions et nos cris, nous voulons hâter aujourd’hui ton retour… révèle-toi dans l’histoire de nos vies. Ouvre-nous l’Évangile telle une lumière qui éclaire. Viens, Seigneur Jésus!

Dieu attentif à nos passages,toi qui surgis, nouveau, comme l’aurore, éclaire nos veilles et nos engagements. Allume en nous le feu de ton Esprit, et nous rendrons compte de notre espérance. Que nous ne nous lassions pas de t’appeler, de te chercher et de nous laisser surprendre au souffle de ta présence. Viens, Seigneur Jésus !

PAROLE DE GRÂCE  Seigneur, quand les ténèbres brouillent toutes pistes, quand ma boussole intérieure bat la chamade, quand ma route s’emballe sur elle-même, Toi, tu me montres quelque part dans la nuit l’étoile inconnue que Tu fais lever pour moi.

Tu me dis que je n’ai pas perdu ma vie, ce temps que j’avais rêvé tout autre ! Tu me dis que Tu m’attends encore, car la fête ne commencera pas sans moi.

Alors Seigneur, je T’offrirai ma foi, comme au premier jour, celle qui est tapie sous les décombres de mon passé… Et le moment venu, j’adorerai l’Enfant de Noël comme on s’agenouille émerveillé devant le miracle fragile d’une Parole enfin devenue vraie. Et je te verrai, toi, en l’Enfant de Noël, t’agenouiller devant moi pour que je devienne enfin Ton enfant.  

Marc 13, 33-37  Faites attention ! Restez éveillés, car vous ne savez pas quand le moment viendra. Ce sera comme lorsqu’une personne part en voyage : elle quitte sa maison et en laisse le soin à ses serviteurs ; elle confie à chacun son travail et elle ordonne au gardien de la porte de veiller. Veillez donc, car vous ne savez pas quand le maître de la maison viendra : le soir, ou à minuit, ou au chant du coq, ou le matin. S’il revient à l’improviste, il ne faut pas qu’il vous trouve endormis. Ce que je vous dis là, je le dis à tous : Veillez !”

MESSAGE L’Avent. Temps de l’avènement. Les jours qui viennent sont le temps de la marche. Étonnant voyage, où c’est, de rester en éveil dont il est question avant tout. Veiller non pas pour arracher une vérité sur la marche du monde, ou l’heure de la venue de Dieu, ce serait une impasse. Bien au contraire, être dans la vigilance comme un art de vivre, car nous ne saurons rien des intentions du maître de maison. Se tenir en éveil pour s’avancer dans ces semaines qui permettront à l’enfant nouveau-né de venir vers nous, tel un roi d’humanité. Et peut-être, à l’enfant qui est en nous, d’oser revenir vers le jour, sans crainte.

Dans son évangile, Marc situe ce chapitre 13 à un moment crucial : un carrefour. Jusqu’au chapitre précédent, il nous a mêlé à la vie publique de Jésus, racontant comment il instruit les foules et ses amis, s’attardant aussi sur ses nombreuses rencontres avec le tout-venant, le montrant guérissant les malades, relevant les pauvres. Avec ce rythme, qui scande son écriture : “Aussitôt.” Le Christ n’a pas de temps à perdre car ; “Aussitôt” il faut guérir, parler, prier, partir, aimer, sans relâche…

A partir du chapitre 14, commencera le récit de la Passion, de la mort du Juste, jusqu’à l’aube de Pâques. L’évangile d’aujourd’hui, en ce 1er dimanche de l’Avent est donc, comme une pause. Une pause pour réfléchir. Pour que nous scrutions ce qui précède afin de mieux connaître qui est Jésus, pour entrer dans ses sentiments, ceux du don de la vie jusqu’au bout, ceux de son amour pour son Père, de sa Passion pour annoncer qu’il s’est fait proche de chacun. Mystère aussi de la puissance des méchants, qui vont mettre à mort l’innocent. 

Dans le chapitre qui précède et celui qui suit, il est question de deux femmes… une pauvre veuve qui donne tout ce qu’elle a, et une pécheresse qui verse sur la tête de Jésus un parfum de grand prix. Deux femmes, exclues du monde des hommes, de cette époque. Mais toutes deux proches du Royaume, car elles vont résolument au bout d’elles-mêmes, de leur fidélité. Ce sont deux femmes qui veillent. 

Et c’est au milieu de ces rencontres que nous sommes interpellés… Pour qui allons-nous nous déterminer ? Les défenseurs de la loi aux mains propres ? Ceux qui vont rester au loin ou qui vont s’enfuir ? Ceux qui n’ont rien à attendre de cet enfant pauvre, car tout est à portée de leur compétence ? Ou bien est-ce que c’est pour le Christ que nous allons nous prononcer ? Jésus, l’homme de Nazareth, ce Veilleur qui marche librement, jusqu’à la fin, car il sait à qui sa vie est vouée : à ceux qui peinent, qui luttent, qui désespèrent… 

Veiller, alors notre aujourd’hui sera une aventure : celle qui mène à chercher le vrai Dieu. A quitter nos idoles, faux dieux de pacotille, qui donnent l’illusion de scintiller pour quelques instants. Nos pouvoirs, nos savoirs, nos prétentions… trésors si éphémères. “Dieu, personne ne l’a jamais vu” dit Jean, “le fils unique est Celui qui l’a fait connaître” Jn 1,18   Veiller, c’est s’orienter vers ce Dieu qui vient se mettre à notre merci. Nous invitant à en prendre soin. Se laisser transformer par ce Dieu au coeur de chair, si proche de ceux dont la vie est rude. Ce Maître de la maison abrite nos histoires mêlées, nos grandes joies, nos découragements et la petite flamme de l’espérance qui, vaille que vaille, brille au fond de nous. Veiller donc, pour offrir au monde, le sursaut d’espérance qui lui permettra de respirer et de ne pas sombrer dans une nuit sans fin.

CONFESSION DE FOI…  

Allume une braise dans mon cœur, C’est l’Avent. l’attente n’est pas vaine quand on espère quelqu’un. Réveille en nous la foi, Seigneur.

Allume une flamme dans mes yeux, C’est l’Avent. pour que je regarde autour de toi, à ceux qui ont soif de lumière et de paix. Réveille en nous la foi, Seigneur.

Allume un feu dans mes mains, C’est l’Avent. Ouvre-les à ceux qui n’ont rien, ta tendresse est à bout de doigts. Réveille en nous la foi, Seigneur.

Allume une étoile dans mon ciel, C’est l’Avent. qu’elle dise à ceux qui cherchent qu’il y a un sens à toute vie. Réveille en nous la foi, Seigneur.

INTERCESSION  

Seigneur, nous te demandons de nous garder étonnés, afin que nos yeux sachent encore découvrir les sentiers que tu ouvres sous nos pas. Qu’ils nous conduisent à la rencontre de cet autre que nous ne connaissons pas. Nous t’en prions, garde-nous vivants devant toi ! Que chaque nouveau jour que tu nous donnes, nous portent à nous tenir debout, ensemble, dans l’unité de la foi, unis malgré les séparations du confinement et les multiples exigences de notre temps. Nous te prions afin que nos craintes ne nous empêchent pas de nous mettre en mouvement, que nos peurs ne nous réduisent pas au silence. Car tu nous appelles à témoigner au-delà des espaces confinés, pour devenir solidaires de nos frères, pour répondre à l’appel de l’espérance. Nous prions pour les victimes de la guerre, ceux qui n’ont plus de terre, les exilés arméniens du Haut-Karabagh, celles et ceux qui perdent leur vie en mer. Nous te prions pour celles et ceux qui sont hospitalisés, en réanimation,  blessés, frappés par la maladie et l’isolement. Nous portons devant toi, celles et ceux qui traversent l’épreuve du deuil, qui se désespèrent parce qu’ils ont perdu un être cher, un enfant, un père, une mère… Seigneur, nous t’en prions garde-nous tous unis dans ta paix, conduits nous dans ta lumière, abreuve nous à la source de la vie, Toi qui nous veux bâtisseurs de paix au cœur de ce monde tourmenté où règne la loi du plus fort. C’est pourquoi ensemble nous te disons la prière que tu as enseigné à tes disciples : Notre Père…

Bénédiction  Seigneur tu es là ! Tu ne délaisses personne, même quand les profondeurs crient de solitude. Tu viens bénir dès à présent chacun de tes enfants. Tu les conduis dans ta paix, comme une mère tu nous prends dans tes bras, Tu soulages nos peines et tu nous offres ta joie. Que chacun(e) de nous devienne témoin de cette joie qui ne faiblit pas ! Amen

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.