Culte du dimanche 11 octobre

Chers amis, il vous a fallu une sacrée dose de résistance au stress pour supporter ce que vous avez vécu ces derniers mois… Vous êtes sans doute fatigués, usés, déchirés en vous mêmes pour avoir traversé des moments éprouvants, réveillant d’anciens traumatismes pour certains d’entre vous…  Malgré la colère, malgré le sentiment d’impuissance et l’injustice,  vous faites partie de celles et ceux qui veulent garder l’espoir et relever la tête… Si, avec mon épouse, nous sommes venus vous rejoindre, pour quelques mois, c’est pour vous encourager dans cette voie…

Oui, nous allons relever la tête, car le Dieu de la promesse, qui est venu nous rejoindre en JC n’a pas dit son dernier mot…

Oui, nous allons relever la tête, car dans la nuit de nos combats d’hommes, dans la vallée sombre de nos larmes, c’est lui, la lumière qui nous éclaire.

Oui, nous allons relever la tête, car dans le cri de révoltes de nos frères humains, dans la main tendue pour relever, dans nos colères face à l’injustice, c’est lui, la force qui nous soutient.

Oui, nous allons relever la tête, car dans les découragements qui nous paralysent, dans notre volonté de bâtir un monde meilleur, dans nos échecs et nos réussites qui nous rendent plus humains, c’est son amour qui nous rend plus fort.

Oui, nous allons relever la tête, car dans le soleil de nos victoires, dans l’éclat de nos joies, dans nos vies riches de rencontres, dans nos engagements présents et à venir, c’est son règne qui secrètement s’accomplit parmi nous. 

En toi Seigneur nous mettons notre espoir, Amen.

Chant… J’ai soif de ta présence…

Célébrons Celui qui nous rassemble et nous offre la force de sa Présence…

Au milieu du doute et du désespoir, nous célébrons la promesse qui nous est faite : foi et espérance !    Viens à notre secours Seigneur !

Au milieu de la détresse et de la tyrannie, nous célébrons la promesse qui nous est faite : secours et liberté !   Viens à notre secours Seigneur !

Au milieu de la famine et de la guerre, nous célébrons la promesse qui nous est faite en JC : abondance et paix ! Viens à notre secours Seigneur !

Au milieu de la haine et de la mort, nous célébrons la promesse qui nous est faite : amour et vie !    Viens à notre secours Seigneur !

Au milieu du péché et de la déchéance, nous célébrons la promesse qui nous est faite : salut et renouveau !    Viens à notre secours Seigneur !

Au milieu de la mort qui nous environne de toutes parts, nous célébrons la promesse qui nous est faite dans le Christ vivant qui veille sur nous et qui nous accompagne !

Chant : Tu es là au cœur de nos vies…

Et puisque Celui qui nous rassemble est un Dieu qui relève et qui guérit, disons-lui notre soif de pardon et de guérison…

Seigneur, quand tout se fait pesant et lourd dans nos vies, quand nous n’attendons plus rien que les désillusions et la tristesse, quand nous nous enfermons dans notre chagrin et notre peine, quand nous faisons de la douleur une compagne encombrante, viens faire irruption dans nos vies, viens nous rappeler que tu es le vainqueur des forces du mal et de mort et que tu nous attends sur le chemin de la vie. Viens et fais-nous sortir de nos ornières pour Te suivre sur les traces de ton Amour.  

Chant : Tu es là au cœur de nos vies…

Écoute cette parole de Grâce, toi qui aspire à vivre en paix avec Dieu, écoute…  comme si tu l’entendais la toute première fois, car elle source de vie et de réconfort : Dieu a tellement aimé le monde qu’il lui a donné son Fils unique afin que quiconque croit en lui ne périsse pas mais qu’il ait la vie éternelle. Dieu ne t’abandonne pas. En Jésus-Christ, il te pardonne, il t’offre un nouveau départ. Ce matin, je t’annonce cette bonne nouvelle, qu’elle résonne dans ce monde tourmenté et en proie au doute, comme un chant d’espérance, comme un appel à vivre, comme le signal d’un printemps à venir… Qu’elle te donne de relever la tête, de vivre en nouveauté de vie et d’être témoin de l’espérance du monde qui vient.

Chant : Tu es là au cœur de nos vies…

Pardonnés et libérés, voilà ce que nous sommes appelés à vivre selon la Bible. Vivez en paix entre vous. Donnez du courage à ceux qui en ont peu. Soutenez les faibles. Soyez patients envers tous. Prenez garde que personne ne rende le mal pour le mal. Mais recherchez toujours le bien entre vous et à l’égard de tous. Soyez toujours joyeux, priez sans cesse. Rendez grâce en toutes choses, car c’est à votre égard la volonté de Dieu en Jésus-Christ. 

Chant : Tu es là au cœur de nos vies…

Prions encore pour que Dieu accomplisse son œuvre parmi nous…

Notre Dieu, nous voici devant toi, regarde nos vies : tout ce qu’elles comptent de beau, de réussi et qui nous rend confiant mais aussi tout ce dont nous ne sommes pas fiers et que nous aimerions cacher. Ô Dieu, regarde notre vie : tout ce qu’elle comporte de fragile, de vulnérable, de décourageant, mais aussi tout ce qu’elle compte de fort, de courageux, de libérateur. Certains jours nous tentons de petits pas hésitants qui nous coûtent, d’autres, nous osons des élans risqués qui sont autant d’appels à voir des jours meilleurs.  En tout cela, nous t’en prions, sois toi-même Celui qui nous rend vivants, Celui qui nous tient debout, dans l’espérance, dans l’amour qui persévère, coûte que coûte et qui ne désespère jamais.

Chant : chorale malgache

Mat 14, 22-33 Aussitôt après avoir nourri la foule dans le désert, Jésus obligea ses disciples à monter dans la barque et à le précéder sur l’autre rive, pendant qu’il renverrait les foules. Quand il les eut renvoyées, il se rendit dans la montagne, à l’écart, pour prier. Le soir venu, il était là, seul. La barque était déjà à une bonne distance de la terre, battue par les vagues, car le vent était contraire. Vers la fin de la nuit, Jésus vint vers eux en marchant sur la mer. En le voyant marcher sur la mer, les disciples furent bouleversés. Ils disaient: «C’est un fantôme», et la peur leur fit pousser des cris. Mais aussitôt Jésus leur parla: « Courage! c’est moi; n’ayez pas peur! » Pierre prit alors la parole: « Seigneur, si c’est bien toi, ordonne-moi de venir vers toi sur l’eau. » Jésus lui dit: « Viens! »  Pierre descendit de la barque et marcha sur les eaux pour aller vers Jésus. Mais, voyant qu’il y avait du vent, il eut peur; et, comme il commençait à enfoncer, il cria: «Seigneur, sauve-moi!» Aussitôt Jésus étendit la main, le saisit et lui dit: «Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté?» Et quand ils furent montés dans la barque, le vent tomba. Alors ceux qui étaient dans la barque se prosternèrent devant lui, et ils lui dirent: «Vraiment, tu es le Fils de Dieu!»

PRÉDICATION

Tous les commentateurs depuis les premiers siècles ont vu dans cette «barque» battue par les vents, un symbole de l’Église au milieu de la tempête. Lorsque Matthieu écrit son évangile, les communautés chrétiennes n’étaient, effectivement, qu’une barque sans défense voguant difficilement sur la mer déchaînée de l’Empire romain, ramant à contre‑courant !  Les dirigeants de l’Empire les persécutaient et les responsables du judaïsme les chassaient des synagogues. Il y avait des dissensions au sein même des communautés chrétiennes, entre celles venus du judaïsme et celles originaires du monde gréco-romain. Le récit de la tempête apaisée est un texte plein d’images et de symboles, qui s’appliquent aussi bien aux conditions difficiles du temps de Matthieu qu’aux conditions actuelles de notre vie de chrétiens. Aujourd’hui, nous aussi nous sommes dans la tempête. Le Liban est en proie à une crise interminable, qui pour beaucoup tourne au cauchemar, avec une succession d’événements tragiques et une accumulation d’actes criminels et de comportements inqualifiables qui font douter de tout.  Le monde est secoué par des geurres, il y a le terrorisme, les ouragans, les épidémies, les famines, les tremblements de terre, les feux de forêts et les inondations. L’Église, elle aussi, ici ou là, se retrouve en période de grande difficulté, souvent méprisée, quelques fois persécutée, un peu partout fragilisée par une sécularisation consumériste qui incitent la plupart de nos contemporains à se réfugier dans un égocentrisme individualiste et abrutissant qui leur fait perdre la raison d’être de l’existence humaine : êtres des récepteurs et des contaminateurs de l’amour de Dieu qui seul peut sauver le monde et lui offrir un avenir nourri d’espérance. Si j’actualise le récit d’évangile que nous lisons, (nous, en prise aux tempêtes de l’existence et Jésus dominant des éléments déchaînés au point de marcher calmement sur la mer déchaînée)  on pourrait se dire : le Christ ne semble pas se rendre compte de ce qui se passe dans le monde. Pourtant, il répète aux disciples : «Courage, c’est moi, n’ayez pas peur! Je suis là, avec vous.» Pierre, dans un acte de bravoure, on pourrait dire de “jusque-boutisme” de la foi, demande au Christ d’aller le rejoindre sur les eaux en furie, mais sa foi n’est pas à la hauteur de ses aspirations. La peur le prend et il commence à couler. «Homme de peu de foi ! Pourquoi as-tu douté ?», lui dit Jésus, tout en lui tendant la main. Il est intéressant de noter que Pierre, celui qui doute, qui s’enfonce dans la mer en furie, qui renie le Christ, est celui choisi pour devenir chef de l’Église. Il aura pour tâche «d’affermir ses sœurs et ses frères dans la foi» ! Ceci nous rappelle que notre foi n’est pas basée sur des humains, qui sont faibles, qui sont souvent décevants, mais sur le Christ lui-même qui assure la paix, la sérénité, la continuité de la communauté chrétienne à travers les tempêtes de notre monde. La «foi» c’est un combat contre le doute et contre la peur. Pierre n’est pas choisi à cause de ses qualités personnelles. Après toutes ses grandes déclarations de fidélité, nous le voyons perdre pied au procès de Jésus où il affirme «qu’il ne connaît pas cet homme». Au milieu de son doute et de sa peur, Pierre prie aujourd’hui avec insistance : «Seigneur, sauve‑moi !» Tout comme chacun et chacune d’entre nous, il possède une foi fragile, il est plein de peurs et d’angoisses. Cependant, lorsque Jésus est avec lui, lorsqu’il lui prend la main, il se sent en sécurité. Dans notre monde de turbulence extrême, le Christ est là au cœur de nos tempêtes, il est source de paix. À certains moments de la vie, notre horizon s’assombrit, à cause des échecs, des maladies, des deuils, des incertitudes quant au lendemain, des difficultés de toutes sortes. Dans la nuit, nous sommes alors sur une barque battue par les vagues, sous les rafales meurtrières des vents contraires. Et le Christ nous répète: «N’ayez pas peur, c’est moi, voici que je suis avec vous, jusqu’à la fin des temps.» Il est toujours prêt à nous tendre la main pour nous empêcher d’être engloutis par les flots. Le soir du Jeudi Saint, il avait dit à ses disciples : «Je vous laisse ma paix, je vous donne ma paix, mais je ne vous la donne non pas comme le monde la donne. Que votre cœur ne se trouble ni ne s’effraie.» (Jean 14, 27) Chaque dimanche, quand nous nous rassemblons pour expérimenter cette présence du Christ dans nos vies, il nous répète ce qu’il dit à ses apôtres sur les eaux en furie : «Courage, c’est moi! N’ayez pas peur

Chant : Si vous saviez quel Sauveur je possède……

Dans l’espérance de nous savoir au bénéfice des promesses que la Parole de Dieu est venue nous rappeler ce matin, nous pouvons maintenant confesser notre foi de chrétien…

Quand les choses s’assombrissent en nous, quand l’orage nous fait craindre le pire, où aller Seigneur, sinon auprès de toi toi qui nous accueille avec nos faiblesses, Nous croyons en toi Seigneur !

Quand le froid pénètre notre âme, quand le temps fuit entre nos doigts, où aller Seigneur, sinon auprès de toi toi qui vient réchauffer nos vies et y inscrire une promesse, Nous croyons en toi Seigneur !

Quand monte l’inquiétude, quand le tourment nous épuise, quand la peur du lendemain nous laisse sans force, où aller Seigneur, sinon auprès de toi, toi qui sait les difficultés de la route, toi qui marche à nos côtés, Nous croyons en toi Seigneur !

INTERCESSION

Et pour que la bénédiction de Dieu nous accompagne dans les jours à venir et qu’elle soit force et soutien dans tout ce que nous allons vivre et faire, prions encore les uns avec les autres, les uns pour les autres…

Seigneur, au cœur de tout ce qui déstabilise nos vies, tu nous offres la force de ta présence, tu viens ouvrir une brèche dans nos impasses. Là où nous ne voyons pas toujours très bien le sens de ce qui nous arrive, tu nous dis : confiance, confiance en ma main aimante qui vous guide au sein de l’obscurité. Apprends-nous à discerner, dans les événements joyeux ou difficiles, heureux ou troublants, le chemin de vie que tu traces pour nous et pour notre monde. Donne-nous d’accueillir dans l’ordinaire de nos jours, ce qui fait surprise et oriente parfois différemment nos attentes et le cours de nos vies. En ces temps si troublés qui nous font craindre pour notre avenir, apprends-nous à accueillir l’inattendu non comme une menace mais comme une chance pour grandir et aller de l’avant dans l’aventure de la foi.

Enfants d’un même Père, les uns avec les autres et les uns pour les autres,  nous osons dire : Notre Père qui es aux cieux

ENVOI

Savez-vous, chers amis, ce qu’est l’extraordinaire… 

c’est croire quand tout le monde doute. 

c’est être de bonne humeur quand tout est ennuyeux et difficile. 

c’est être souriant, quand tout le monde est grognon. 

c’est voir le beau, malgré le médiocre et le laid. 

c’est être content de ce qui nous reste au lieu de pleurer sur ce qui est perdu. 

c’est aimer même dans un monde hostile. 

c’est vibrer même dans un monde désenchanté et désespéré. 

c’est servir d’appui au lieu de chercher à s’appuyer. 

c’est consoler au lieu de s’apitoyer sur soi-même. 

c’est ouvrir des fenêtres quand les portes sont fermées. 

c’est oser espérer quand tous se découragent. 

Ce moment de culte s’achève maintenant, mais le chemin avec Dieu continue, là où nous sommes. 

Qu’il accompagne chaque moment de ce dimanche, chaque rencontre, chaque discussion, qu’il illumine par sa présence cette journée et notre vie toute entière. C’est ma prière pour chacun(e) de vous. 

Nous recevons sa bénédiction

Que la grâce du Seigneur Jésus-Christ, l’amour de Dieu et la communion du Saint-Esprit soit avec chacun(e) de vous. Amen. Chant : Que Dieu nous bénisse et nous garde…

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.