Culte de Pâques du dimanche 12 avril

Disponible en écoute et en lecture.

C’est le Christ ressuscité qui nous accueille aujourd’hui, en ce jour de Pâques. Pâques, ce n’est pas une histoire du passé. Pâques, c’est une histoire pour nous aujourd’hui. Pour nous qui aspirons à sortir de nos confinements, qui aspirons à dépasser nos peurs, à entrer dans une vie nouvelle ! A la suite de la Pâque du Christ, notre Pâque à nous, elle est en attente de se réaliser. N’y a-t-il pas un passage qui se réalise, à travers la mort vers la vie, chaque fois que nous dépassons nos craintes, chaque fois que nous accueillons la journée à venir comme un nouveau commencement,  chaque fois que nous risquons le pas vers l’autre, en attente du geste qui relève et qui réconforte… Oui, Pâques, c’est une urgence quotidienne ! Elle n’attend que nous, pour que s’ouvre une brèche, dans les murs du désespoir, de l’indifférence et de la peur. Pâques, c’est le Christ Vivant qui nous dit aujourd’hui : “Tout est accompli ! Voici je fais toutes choses nouvelles ! Voici, qu’au soleil de mon Amour, se lève le Jour de la grande délivrance, il triomphe de toutes vos nuits de haine et de désespérance et vous associe pleinement à la victoire de la Vie sur la mort.”

Laissons libre court à notre joie de proclamer la victoire de Pâques Christ est ressuscité. Il est vraiment ressuscité. Alléluia ! Voici le jour que fit le Seigneur. Jour d’allégresse et jour de joie ! La pierre du tombeau a été roulée, Il est vivant, il est ressuscité ! Alléluia ! Pourquoi le cherchez-vous parmi les morts ? Il est vivant comme il l’avait dit. Christ est ressuscité.  Il est vraiment ressuscité. Alléluia !

Prions pour que nous la paix de Dieu habite en nos cœurs…  Ce qui est inconcevable, Seigneur, tu l’as fait ! Ce qui brise les frontières de notre imagination, tu l’as accompli ! Tous les jours de notre vie, Tu te rends maintenant présent, à ce que nous sommes, à ce que nous devenons… Toi qui a dépassé les frontières de la mort, Toi qui nous emportes sur les rives d’une espérance que plus rien ne pourra détruire. Oui, nous te rendons grâces, Toi qui est tout entier tourné vers nous. Toi, l’amoureux de la vie qui a éclairé les ténèbres de la mort.. Tu nous relèves de nos existences ratatinées, mises en échec, sans issues… Pardonne-nous notre manque de foi et d’espérance. Libères nos mains pour que nous puissions nous servir les uns les autres. Nous te louons, Dieu merveilleux. Amen.

Depuis ce matin-là, tout est bouleversé ! Une pierre est mise de côté, un tombeau est vide, tout est dérangé. Le monde entier bascule. Rien n’est plus à sa place : ni la détresse, ni les larmes, ni le confinement, ni le deuil, ni même la mort ! “Vous cherchez Jésus de Nazareth, le crucifié : Il n’est pas ici ! Il est ressuscité !” Vous avez cru enterrer un mort, mais en réalité vous avez mis en terre la semence du monde nouveau ! Louange à Toi ô Ressuscité, ta parole créatrice vient tout renouveler ! La tendresse du Père et le Souffle de l’Esprit des commencements déploient en nous ta Puissance de vie et d’Amour. Louange à Toi ô Ressuscité !

Prions avec assurance puisque le Christ nous ouvre les chemins de la Vie…  En ce jour de Pâques, où nous parlons du triomphe de la vie sur la mort, nous voulons te prier Seigneur : garde-nous de nous réfugier dans le passé et de ressasser nos vieilles rengaines… Donne-nous de vivre pleinement notre aujourd’hui avec Toi, de faire pleinement confiance, d’espérer pleinement, d’aimer pleinement, d’œuvrer pleinement au service de la résurrection de tous celles et ceux qu’habite ou qu’enferme la mort. Car c’est aujourd’hui déjà que tu nous ressuscites en entrant et en restant dans nos vies. C’est aujourd’hui déjà que nous commençons à devenir comme toi. Béni sois-tu, Seigneur, aujourd’hui et éternellement. Amen

Lecture biblique : Matthieu 28, 1-10 Après le sabbat, dimanche au lever du jour, Marie de Magdala et l’autre Marie vinrent voir le tombeau. Soudain, il y eut un fort tremblement de terre ; un ange du Seigneur descendit du ciel, vint rouler la pierre et s’assit dessus. Il avait l’aspect d’un éclair et ses vêtements étaient blancs comme la neige. Les gardes en eurent une telle peur qu’ils se mirent à trembler et devinrent comme morts. L’ange prit la parole et dit aux femmes : «N’ayez pas peur. Je sais que vous cherchez Jésus, celui qu’on a crucifié ; il n’est pas ici, il est ressuscité comme il l’avait dit. Venez, voyez l’endroit où il était couché. Allez vite dire à ses disciples : “Il est ressuscité et il vous précède en Galilée ; c’est là que vous le verrez.” Voilà ce que j’avais à vous dire. » Elles quittèrent rapidement le tombeau, remplies tout à la fois de crainte et d’une grande joie, et coururent porter la nouvelle aux disciples. Tout à coup, Jésus vint à leur rencontre et dit : « Je vous salue ! » Elles s’approchèrent de lui, saisirent ses pieds et se prosternèrent devant lui. Jésus leur dit : «N’ayez pas peur. Allez dire à mes frères de se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront. »

Prédication : Si aujourd’hui, après 2000 ans de christianisme, nous célébrons Pâques c’est parce qu’une chaîne ininterrompue de croyants nous ont transmis cette foi pleine d’espérance dans la résurrection du Christ. C’est la transmission de cette Bonne Nouvelle à travers les siècles, qui nous permet aujourd’hui de célébrer la victoire de la vie sur la mort. Nous célébrons Jésus Christ, notre espérance, qui donne un sens à notre vie, malgré les angoisses, les souffrances et les difficultés d’un monde si menaçant.. L’énorme pierre qui scellait le tombeau c’est notre incapacité de vaincre la mort par nous-mêmes. “Qui nous roulera la pierre pour dégager l’entrée du tombeau?” se disent les femmes entre elles. Puis elles constate, ébahies, qu’on l’avait roulé la pierre. Ce détail concret est souligné par les quatre évangélistes. Pour Marc et pour nous aujourd’hui, cette pierre indique qu’une véritable muraille sépare l’être humain de la résurrection : «qui pourrait enlever cet obstacle» ? Seul Dieu peut supprimer le poids écrasant de la mort qui pèse sur l’humanité.Ce qui importe dans le récit d’aujourd’hui, c’est cette annonce extraordinaire,  faite aux femmes, qui rencontrent un messager leur révélant la résurrection de Jésus. Pâques c’est la fête de cette grande révélation; c’est la fête de la joie et de l’espérance. Les femmes furent saisies de stupeur, mais il leur dit: « N’ayez pas peur...»  Si l’apparition de Dieu bouleverse, sa présence aussitôt rassure et apaise. Le vrai Dieu n’est pas celui qui joue sur la peur, mais celui qui donne espérance. Et le messager d’ajouter ensuite : «Allez dire à ses disciples qu’il les précède en Galilée…» La Galilée, c’est là où ils sont nés, où ils travaillent, où vivent leurs familles. Le Christ les accompagne dans le quotidien de leur vie, dans leur propre Galilée. Allez! Ne restez pas près de ce tombeau vide. Allez là où Jésus vous précède, là où il vous a fixé rendez-vous. Normalement, dans le parcours d’un humain, tout finit au cimetière. Dans l’histoire du Christ, tout commence au cimetière, autour d’un tombeau vide. Mais notons bien que le messager ne dit pas aux femmes : «Allez dire aux disciples de venir ici pour voir un tombeau vide.» Mais il leur dit :  «Allez dire à ses disciples et à Pierre qu’ils retournent en Galilée. Là il trouveront le Seigneur». La communauté des disciples n’est pas recréée autour d’une tombe, mais autour de Jésus ressuscité. «Il n’est plus ici, il est ressuscité… Il vous précède en Galilée.» Il vous attend là où vous vivez. «Là où deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis au milieu d’eux.» avait dit Jésus. Aujourd’hui quoiqu’empếchés d’être réunis dans un même lieu, nous sommes rassemblés à plus que 2 ou 3, dans l’écoute commune d’une parole… cette parole, c’est le Christ lui-même qui se fait proche de chacun(e) d’entre nous, car le Christ de la Pâques marche avec nous, il nous accompagne : «Je suis le chemin, la vérité, la vie… Celui qui me suit ne marche pas dans les ténèbres.» En ce jour de la résurrection, le Christ nous invite à recommencer à vivre pleinement, à passer de la peur à la joie, du passé au présent, de l’hiver au printemps, du confinement à l’air libre, de la mort à la vie. Aujourd’hui, nous célébrons la plus grande victoire qui existe, la victoire du Christ sur la mort. Les victoires de notre pauvre monde, elles, ne résistent pas à l’usure du temps. En ce temps de crise où une pandémie vient ruiner notre prétention humaine d’avoir la maîtrise sur le cours des choses, nous le voyons bien… nous voici démunis, déboussolés, vulnérables, ayant du mal à savoir, ce qui demain va permettre à l’humanité d’avancer vers un avenir d’espérance. Plus que nous rappeler que le Christ est ressuscité et que notre vie ne se termine pas avec la mort, Pâques, c’est cet événement unique, qui fait venir un  nouveau printemps après un hiver meurtrier et glacial. Nous voici appelés à prendre la vie au sérieux, car le Christ nous invite à vivre pleinement, dès maintenant. Il nous invite à sortir de nos tombeaux, de nos découragements, de nos craintes et de nos peurs. «Sortez de vos tombeaux, de vos vies sans espérance. Recommencez à respirer à pleins poumons…» «Je suis venu pour que vous ayez la vie et que vous l’ayez en abondance». Laissons le Christ ressuscité, nous faire entrer dans cette vie nouvelle, une vie de grâce, d’amitié avec le Seigneur, qui vient nous renouveler dans l’amour, qui vient redonner un sens à ce que nous sommes et que nous vivons.. Avec la résurrection du Christ, c’est Dieu lui-même qui nous reprend en mains, C’est Dieu lui-même qui nous pétrit dans une nouvelle glaise, qui nous recrée avec tendresse. Joyeuses Pâques, le Christ est ressuscité ! Il est vraiment ressuscité !

Que notre confession de foi en ce matin de Pâques soit l’expression de notre espérance et de notre joie… Avec toi Seigneur, la lumière est entrée dans notre vie ! Même si parfois la nuit impose sur nous son couvercle oppressant. Nous croyons que, devant nous tu marches, en te blessant, afin de nous dégager un passage vers le soleil. Avec toi Seigneur, la joie, comme un printemps, éveille en nous un renouveau. Même si parfois nous errons dans la tristesse et si les fardeaux nous épuisent, nous croyons que tu ranimes la source, en chacune de nos branches mortes. Avec toi Seigneur, l’espérance est accrochée en nous. Même si parfois nous traînons dans la poussière et même si nous sommes piétinés, nous croyons que tu suscites en nous la parole créatrice capable de tout renouveler. En nous avec abondance tu déploies la tendresse du Père et le souffle des commencements ! Oui, nous croyons en Toi, Christ Ressuscité !

Et puisque Celui qui marche avec nous c’est le vainqueur de la mort nous pouvons lui confier notre intercession pour nous-même et ce monde.. Seigneur Jésus, toi qui t’es levé dans l’aube de Pâques, toi qui portes en tes mains la lumière, toi qui fais lever sur notre terre un jour nouveau, toi qui nous veux auprès de toi dans la joie rayonnante, avec devant nous un avenir tout neuf d’une vie qui sans déclin, nous te prions : Seigneur, exauce-nous ! Fais-nous connaître le secret où tu nous attends. Dévoile à chacun de nous l’aube qui est au fond de la nuit. Entends notre prière pour toute la terre : pour la justice et la liberté des hommes, pour le renouvellement et l’unité de ton Eglise, pour que chacun de nous te cherche et te trouve, nous te prions : Seigneur, exauce-nous.  Nous remettons à ta grâce et à ton amour notre humanité souffrante, à travers le monde. Nous te confions celles et ceux qui sont le deuil d’un être cher, d’un membre de leur famille, d’un ami, d’une connaissance proche ou lointaine, emporté par ce virus, ou par une autre maladie, et qu’ils n’ont pas pu accompagner. Nous te prions pour les malades qui traversent, avec celles et ceux qui les soignent, les heures éprouvantes qui les séparent de la guérison. Inspire-leur l’espoir et le soutien nécessaires pour qu’ils tiennent sur ce chemin. Nous te remercions du fond du cœur, de permettre de nous rejoindre par l’ensemble des réseaux sociaux, en particulier par cet instant de communion. Nous te rendons grâces pour toutes les initiatives artistiques, ludiques, pédagogiques, humoristiques, qui nous permettent de garder bon moral, malgré les circonstances, qui révèlent notre créativité en imaginant de nouvelles formes d’activités, de fraternité et de solidarité. Nous te rendons grâce pour la prière, à la mesure de nos moyens, qui nous fait tenir debout, jour après jour. Ensemble, liés les uns aux autres, malgré les distances qui nous séparent, nous te disons d’un même cœur la prière que Jésus nous a enseignée : Notre Père, qui es aux cieux….

Bénédiction : Allez-vous en sur les places et proclamez que le Christ est vivant. L’amour de Dieu a été manifesté dans l’œuvre de son Fils. Par sa vie, ses souffrances, sa mort et sa résurrection, Jésus nous libère et nous envoie, renouvelés, vers nos frères et sœurs comme témoins et acteurs de cet amour. Que l’amour de Jésus Christ notre lumière vous accompagne et vous rende vous-mêmes rayonnants et fraternels. Que sa joie perce toutes les obscurités de nos vies et nous rendent plus que vainqueurs par le Christ Vivant et proche de nous.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.