Célébration de la Trinité – Culte du dimanche 30 mai 2021

ACCUEIL
Bienvenue pour ce moment de culte que nous voulons célébrer ensemble. Un temps pour prier, louer Dieu, faire silence, entendre la parole de Dieu !
Nous fêtons en ce dimanche la Trinité : Dieu -Père, Dieu – Fils, Dieu – Esprit…
trois possibilités pour rencontrer un seul Dieu. Mais la Trinité exprime aussi tout
le mystère de Dieu. Qui et Dieu ? Comment me parle-t-il ? Comment il me
rencontre et comment je le rencontre ? Le mystère de Dieu qui rencontre
l’homme sur terre, qui lui dit « son nom, qui l’interpelle et qui se laisse
interpeller par lui. Ce mystère rencontre chacun, chacune de nous, à un moment
donné de son histoire. C’est l’expérience qui, à la fois, nous console et nous
ébranle.

Écoutons, en introduction, ce récit de la fuite de Jacob, fils d’Isaac :
LECTURE de Genèse 28 versets 18
LOUANGE
Au début, avant les temps, avant les gens, avant le commencement du monde,
DIEU ÉTAIT
Ici et maintenant, parmi nous, à nos coté, entraînant les peuples de la terre dans
les projets du ciel
DIEU EST
Dans l’avenir, quand nous serons retournés à la poussière et que tout ce que
nous connaissons aura trouvé sons accomplissement
DIEU SERA
Non pour se détacher du monde mais pour s’en réjouir, non pour condamner le
monde mais pour le libérer en Jésus Christ, par la puissance du Saint Esprit
TOUS : DIEU ÉTAIT DIEU EST DIEU SERA

NOUS CONFESSONS NOS PÉCHÉS DEVANT DIEU :
Oui, cherchez Dieu tant qu’il est présent, appelez Dieu qui est proche.
Prions d’un cœur sincère :O Dieu de gloire, toi le trois fois saint, Père, Fils et
Saint Esprit, tes pensées ne sont pas nos pensées et tes voies ne sont pas nos
voies.Tu regardes l’âme la plus souillée et en elle tu voies déjà se déployer les
ailes d’un ange. ALORS QUE NOUS ? Nous scrutons le meilleur de nos
prochains en espérant lui trouver des défauts. Tu regardes nos vies dans la
perspective de l’Éternité et tu laisses l’espace pour l’attente, pour la moisson,
pour accorder à toute chose sa dimension. ALORS QUE NOUS ? nous
exigeons des résultats instantanés, nous cherchons demain avant de savourer
l’aujourd’hui .Tu sais que seul celui qui souffre peut, en fin de compte, apporter
le salut, c’est pourquoi tu as choisi de prendre le chemin de la croix. ALORS
QUE NOUS ? nous nous sentons jugés et menacés par cet amour qui risque le

tout pour le tout. TES PENSÉES ne sont pas nos pensées et tes voies ne sont pas
nos voies.
PAROLES DE GRACE
Nous prions pour ta grâce et ton Pardon, non pour renforcer le pire en nous mais
pour y libérer ce qu’il y a de meilleur. Pardonne nous ce qui s’est mal passé .
Répare en nous ce qui est abîmé, vivifie en nous ce qui est en friche, relève en
nous ce qui est bon. Et fortifie nous d’une nourriture meilleure de tout ce que
nous ne pourrions jamais acheter : ta parole, ton amour, ton attention pour nous,
ton pain quotidien pour le voyage de notre vie en compagnie de Dieu le Père
créateur, Le Fils proche et Sauveur et le Saint Esprit consolateur. AMEN
PRIÈRE POUR RECEVOIR LA PAROLE
Écoutons la Parole de Dieu, que nous puissions tendre l’oreille et ouvrir notre
cœur. Amen.
Pour nous ouvrir un peu plus au mystère de la trinité, je vous invite à méditer
cette rencontre étonnante, qui se passe de nuit, entre Jésus et un sage connaissant
les écritures, le vieux Nicodème
LECTURE JEAN 3
MESSAGE
Nous célébrons aujourd’hui la fête de la Trinité : trois manières de rencontrer
Dieu et trois manières, trois façons que Dieu a choisi pour nous rencontrer. On
dit : « Dieu est trois fois saint ! » et dans la confession de foi, nous disons
toujours notre fois en trois parties : Dieu Père et créateur, Dieu sauveur en son
fils et Dieu consolateur par le Saint Esprit . Mais Dieu, même approché, reste
toujours un mystère, et le mystère de Dieu c’est le sacré . Ce mystère rencontre
chacune et chacun d’entre nous à un ou plusieurs moments de notre vie. C’est
une expérience qui, à la fois nous ébranle-alors nous avons la crainte de la
grandeur de Dieu, et à la fois cette expérience nous porte et nous console, elle
est bénédiction, nous découvrons combien Dieu nous aime et veut pour nous la
vie. Nous sommes toujours en chemin vers le mystère de Dieu mais aussi en
chemin par le mystère de Dieu. Si je connaissais le langage des anges, si j’avais
toute la connaissance des Écritures, comme le disait Saint Paul, je ne peux pas,
moi, vous transmettre par ma seule parole, la prédication, et ni même en vous
guidant par la prière, la connaissance du mystère de Dieu. Même les prêtres, les
prophètes, et les apôtres, à qui Dieu a confié ses mystères, restent ses serviteurs
en ne témoignant que ce qu’ils ont vu, en ne disant que ce qu’ils ont entendu, en
ne transmettant que ce qu’ils ont reçu. Jésus lui-même préserve le mystère de
Dieu, il nous dit : « Je dis ce que j’ai vu chez mon Père » et aussi « nul ne vient
au Père que par moi ». Le mystère dont parle le Nouveau Testament n’est pas
seulement ce Dieu trois fois saint, mais il est ce mystère tout entier qui vient à

nous, par Jésus Christ, notre frère en humanité. En tant que Fils Éternel du Père
et en tant que qu’homme en même temps, le Christ est devenu notre frère et en
même temps la présence visible, en chair et en os, en actes et en paroles, en rires
et en larmes, en vie et en mort, du Dieu invisible. C’est ce mystère qui est, non
pas révélé mais indiqué, comme on indique un chemin, une nuit à un sage du
peuple d’Israël, le vieux Nicodème. C’est un docteur qui connaît très bien les
Écritures, la bible, sans doute par cœur et en a parcouru bien des commentaires.
Mais le voilà dans la nuit, dans le brouillard ! Son savoir ne lui sert à rien ; il
sent qu’il y a là autre chose, comme un trésor caché. Et ce trésor, il en a la
certitude, il ne peut le trouver qu’auprès de Jésus. Et il lui dit : « tu fais des
miracles, et cette force ne peut venir que de Dieu ! » Alors Jésus parle et –
pauvre Nicodème- il lui annonce un nouveau mystère : « Si un homme ne naît
de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu. » La naissance !… naître d’eau,
comme la création au premiers de ses jours, comme notre vie à ses premiers
jours. Naître, sortir du chaos, sortir de l’eau stagnante, s’approcher de la source
de la vie. Naître d’eau et avoir soif de l’eau vive en Jésus Christ, reconnaître
qu’il est la porte, la vérité, le chemin et la vie, car il dit : « Nul ne vient au Père
que par moi. »
NAÎTRE D’EAU ET D’ESPRIT ! Nous venons de célébrer la Pentecôte, la fête
du souffle de Dieu sur nos vies, ce vent qui nous bouscule et nous envoie. On ne
peut naître et vivre que parce que le souffle de vie remplace dans nos poumons
le liquide amniotique. On ne peut vivre qu’en respirant librement. NAÎTRE
D’ESPRIT c’est nous ouvrir au mystère de Dieu, laisser son souffle nous
inspirer et nous guider. C’est accepter qu’il est insaisissable comme le vent mais
qu’il anime les forces profondes, les graines semées, les espérances étouffées. Et
puis il nous faut aussi Expirer et transmettre aux autres ce souffle. Bien sûr,
devant cette réponse de Jésus, Nicodème reste perplexe, et Nicodème c’est
nous ! Il ne comprend pas d’où vient ce souffle, bien qu’il soit mis en garde par
Jésus lui-même : « nul ne sait d’où vient ce vent, ni où il va. ». Jésus garde le
mystère entier mais il donne le goût de le chercher ; Et Nicodème sera un de ces
chercheurs de Dieu jusqu’au bout de sa vie.
Un autre chercheur c’est Jacob, fils d’Isaac, frère d’Esaü. Nous avons écouté
une partie de son histoire au début du culte ; à ce moment-là un lourd péché pèse
sur lui ; il fuit sa double faute, d’avoir trompé son père et d’avoir trahi son frère.
Il fuit sa faute, il fuit sa famille, il ne sait où est sa terre. Et voilà que le soleil se
couche. Fatigué, il se repose sur une pierre. Il dort. C’est aussi la nuit. Et il rêve.
Le mystère de Dieu vient le rencontrer, le toucher ; il y a là un ciel ouvert dans
son rêve, un ciel auquel on peut accéder puisqu’il y a une échelle, et que des
anges y montent et y descendent. A son réveil Jacob est effrayé, car il
comprend : là où il s’est reposé, là où il s’est reposé, c’est un lieu sacré, un lieu
du mystère de Dieu, la terre de Dieu. Effrayé il dit : « Dieu était là et je ne le
savais pas ! »

Et voilà qu’une voix se fait entendre, elle est bénédiction divine. Elle guérit, elle
le relève, elle lui donne des forces et le remet en marche. Elle est le souffle qui
lui redonne l’en-vie, en quête de son chemin de vie, cette fois avec Dieu !
Le rêve de Jacob et la quête de Nicodème nous enseignent que le mystère auquel
nous sommes tous invités à participer, n’est pas dans ce Dieu qu’on ne peut
atteindre, si grand, si loin de nous, mais que ce mystère, ce sacré de Dieu c’est
l’expérience de sa présence réelle dans nos vies. Le souffle de Dieu nous remet
toujours debout, en marche, en espérance. Il nous faut l’intercéder, lire sa parole,
être sensible à ses signes, et garder comme un trésor, la foi, l’espérance et
l’amour. Restons mendiants d’un ciel ouvert et de l’action agissante de Dieu en
nous et pour le monde. AMEN
GESTE : 3 BOUGIES
1 : J’allume une lumière au nom du créateur qui illumine le monde et anime le
souffle de vie en moi
2 : j’allume une lumière au nom du Fils qui a sauvé le monde et qui tend sa main
vers moi
3 : j’allume une lumière au nom du Saint Esprit qui entoure le monde et bénit
mon âme désir ardent.


CONFESSION DE FOI : Symbole de Nicée
PRIÈRE D’INTERCESSION
Dieu Notre Père aux jours de désert intérieur, lorsque les mots sonnent creux et
que tout manque de relief, quand notre cœur nous accuse…ENRACINE EN
NOUS UN SOUFFLE NEUF
Aux jours de lassitude, où nous sommes épuisés par ce que nous vivons et plus
encore par ce que nous ne vivons pas ENRACINE EN NOUS UN SOUFFLE
NEUF
Aux jours de solitude, lorsque le chemin vers les autres semble interminable ou
barré, quand notre cœur se lasse et défait ENRACINE EN NOUS UN
SOUFFLE NEUF
Aux jours de maladie, lorsque notre corps ou celui des autres que nous
chérissons, ou que nous soignons, se dérobe, et que nous demandons pourquoi,
et que notre esprit se brouille et te cherche en vain ENRACINE EN NOUS UN
SOUFFLE NEUF
Aux jours de déchirement, lorsque les eaux troubles de la culpabilité font des
vagues en nous, et que nous ne voyons plus les signes de ta présence dans notre
humanité ENRACINE EN NOUS UN ESPRIT NEUF
Aux jours de désespérance lorsque nous doutons de toi, des autres et de nous-
même, lorsque le mystère de ton incarnation nous échappe
ENRACINE EN NOUS UN SOUFFLE NEUF ET FAIS NOUS RESPIRER
PLUS LARGE, AU RYTHME DE TON SOUFFLE

BENEDICTION : nous avons senti le souffle de Dieu sur nos vies, par ses
paroles, par nos prières, par sa lumière et l’appel à notre foi.
Nous avons allumé trois lumières pour la Trinité d’amour : Dieu au-
dessus de nous, Dieu à nos cotés, Dieu en dessous de nous,
Commencement et fin, alpha et omega, Dieu, l’Éternel
Que viennent sur nos têtes et nos maisons : la bénédiction de Dieu
Dans nos allées et nos venues, la paix de Dieu. Dans nos vies et notre
foi, l’amour de Dieu. A la fin de notre vie, début d’une vie nouvelle,
les bras de Dieu pour nous accueillir et nous ramener dans sa lumière.
Amen

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.