Assemblée Générale de l’Eglise Protestante Française de Beyrouth

Rapport d’activités – juillet 2013 à juillet 2014 et perspectives…

L’Eglise Protestante Française de Beyrouth a connu en juillet 2013 un changement que l’on peut qualifier d’historique. Robert et Thérèse Sarkissian, couple pastoral en poste àBeyrouth depuis quarante-trois ans (1970-2013), ont décidéde se retirer en France pour une retraite bien méritée. Ce rapport ne peut s’engager dans l’inventaire des faits de l’année écoulée sans commencer par leur rendre hommage.

Hommage à Robert et Thérèse Sarkissian

Robert et Thérèse ont laissédans les cœurs une empreinte indélébile. Leur service a couvert notamment la période la plus sombre de l’histoire du pays. Il fallait un couple courageux et consacrépour prendre soin du petit troupeau dans ces temps éprouvants. Comme un phare dans la nuit de la guerre libanaise, la petite communautédes hauts de la Colline a non seulement survécu, mais elle a jouéun rôle appréciéet, de l’avis de beaucoup, indispensable. Lieu de vie, de prière et de parole, l’Eglise, autour de la famille pastorale, a accueilli des hommes et des femmes de tous horizons religieux et communautaires, témoignant que les hommes restent des frères au-delàdes conflits qui les déchirent. La fête de leur départ, le premier dimanche de juillet, a fait couler les larmes sur les joues. « Ce n’est qu’un au-revoir mon frère »a chantétoute la communautéréunie. Que Dieu les bénisse tous deux dans leur retraite, qu’il les garde dans sa grâce.

Arrivée de la nouvelle famille pastorale

Le 7 août, Pierre et Christine Lacoste avec leur fille Sophie, atterrissaient àl’Aéroport Rafic Hariri, appelépar l’Eglise de Beyrouth et missionnépar plusieurs institutions du protestantisme français (CEEEFE, Défap, APFB et Fédération protestante de France). La dispersion estivale des membres de l’Eglise n’a prêtéqu’àpeu de contacts au cours de ce mois d’août. Mais ils furent sympathiques. Le dimanche 18 août, cependant, nous recevions la visite d’une vingtaine de sœurs et frères malgaches, visite conduite par Julia et Perline. A la fin d’un temps de prière nous avons pris la décision de nous retrouver le dimanche suivant. Depuis cette date, chaque dimanche a étél’occasion d’une rencontre dominicale : un culte de liturgie classique en alternance d’un « Dimanche-partage », rencontre plus interactive, propice àl’apprentissage de nouveaux chants et àla prière. L’année s’est déroulée autour de temps fort dont voici la liste chronologique.

Chronologie des temps forts de la vie de l’Eglise (1er /07/2013 – 1er juillet 2014)

  • Le 6 octobre 2013 : Culte de rentrée qui a rassemblé près d’une centaine de personnes.
  • 17 novembre 2013 : Culte d’installation en présence des pasteurs Salim Sahiouny (Président du Suprême Council of Syria and Lebanon), Claude Baty (Président sortant de la FPF), Samuel Chevallier-Milhaud aumônier de la Finul dans le Sud-Liban)
  • 22 décembre 2013 : la fête de Noël
  • 12 janvier 2014 : visite de Thomas Wild Secrétaire Général de l’Action Chrétienne en Orient
  • 26 janvier 2014 : Semaine de prière pour l’Unité des chrétiens en présence du Père Antoine, de l’Emir Chehab et Georges Abs, secrétaires généraux du comité de dialogue islamo-chrétien)
  • 26 janvier 2014 : dernier culte au temple.
  • 2 février 2014 : Premier culte au CPF
  • 9 février 2013 : culte du World Day of Prayer en présence du Père grec catholique, Gabriel Hachem (professeur de théologie systématique à l’université du Saint-Esprit et directeur du département Foi et Unité des Eglises du Moyen-Orient.)
  • 20 avril 2014 : fin des travaux de démolition du temple et presbytère.
  • 23-27 avril 2014 : Visite d’évaluation des responsables France (les pasteurs Bernard Antérion, président de la CEEFE, Bertrand Vergniol, Secrétaire Général du Défap et Marc Friedel, président de l’APFB en charge du projet de reconstruction) ; le dimanche 27 avril, le Conseil presbytéral, présidé par Bernard Antérion, s’est réuni pour participer à l’évaluation des 9 premiers mois écoulés.
  • 13 mai 2014 : vente du terrain. Une parcelle de 600 m2 est conservée pour la reconstruction du temple. Le propriétaire reste l’APFB.
  • 18 mai 2014 : réunion de Conseil presbytéral entièrement consacrée à l’expression des attentes vis-à-vis du nouveau bâtiment
  • 1er juin 2014 : Excursion à Nahar Brahim
  • 15 Juin 2014 : visite de la délégation de la Finul(pasteur François Kriger)
  • 21 juin 2014 : rencontre du Conseil presbytéral avec l’architecte Elie-Pierre Sabbag. L’avant-projet est dévoilé dans ses grandes lignes et reçoit l’approbation du Conseil. Une maquette du nouveau temple sera présentée en fin d’année.
  • 22 juin 2014 : fête de l’Eglise : baptêmes de Faniry et Mitia ; confirmations de Laurencia, Pâquerette et Tatiano suivi d’un apéritif offert et un repas.
  • 29 juin 2014 : Culte et prière pour Madagascar à l’occasion de la fête de l’indépendance, suivi de l’Assemblée générale et d’un repas communautaire.

Rencontres…

Rencontres du pasteur avec les personnalités protestantes de Beyrouth

  • Rev Georges Sabra (doyen de la NEST), Rev Habib Badr (pasteur de l’Eglise presbytérienne de Beyrouth), Rev Suheil Saoud (pasteur de l’Eglise synodale Syrie-Liban), Pasteur Jonas Weiss-Lang (Pasteur de l’Eglise Luthérienne de Beyrouth), pasteur Joseph Najem (Eglise évangélique libre de Beyrouth), pasteur Hrayr Cholakian (Eglise évangélique arménienne).

Rencontres œcuméniques :

  • L’Emir Chehab, Secrétaire général du comité de dialogue Islamo-chrétien du Liban ; l’Archevêque maronite de Beyrouth, Paul Youssef Matar ; le Père Antoine Assaf ; le Père Gabriel Hachem (grec catholique, professeur de théologie systématique à l’université du Saint-Esprit et directeur du département Foi et Unité des Eglises du Moyen-Orient.) ; Sa sainteté Aram 1er, Catholicos de la grande Maison de Cilicie.

Côté humanitaire :

  • L’Association laïque et areligieuse Amel (rencontré cet hiver pour la remise d’une collecte rassemblée par Christine et Pierre dans leur réseau France)
  • L’ONG Caritas for Migrants d’Achrafieh (idem : remise d’un chèque d’entraide).

Eléments d’analyse et observations

  1. Un leitmotiv : « Rejoindre le plus grand nombre »

L’Eglise de Beyrouth a connu ces dernières années une mutation sensible dans sa composition et celle-ci, semble-t-il, est en voie d’accélération. De nombreuses personnes malgaches et aujourd’hui africaines, francophones, des femmes et quelques familles avec enfants, se sont reconnues dans le type d’Eglise que nous formons. Il faut saluer ici l’ouverture et la bienveillance des « anciens » dont l’accueil a été et continue d’être remarquable. Comme signe de cette ouverture au changement, Perline a intégré le Conseil presbytéral. Il faut aussi saluer l’arrivée de quelques personnes libanaises ou françaises. Cette mutation sera dans les années qui viennent à la fois une épreuve et une grâce. Vivons-la comme une grâce !

Un service de méditations bi-hebdomadaires par Smartphone, suivant le lectionnaire protestant « La Bible en 6 ans », a été mis en place via l’application Whatsapp. A ce jour, 44 personnes sont membres de ce « Forum protestant ». Il semble répondre à un besoin. Ces méditations sont disponibles le dimanche suivant sur papier.

L’idée d’ouvrir un « café-biblique » une fois par mois au presbytère l’an prochain, entrerait aussi dans cette dynamique de rencontre avec tous. Que chacun se fasse missionnaire auprès de ceux qui lui sont donnés.

Les anciens de l’Eglise doivent aller chercher ceux qui ne viennent plus ; les nouveaux, ceux qui viendront demain.

  1. La destruction du temple : un changement à la fois traumatisant et porteur d’avenir

Inutile d’exposer les raisons du traumatisme, elles sont évidentes. Ce temple des Hauts de la Colline a accueilli pendant cinquante-huit années des générations de chrétiens. Même si son histoire reste vivante dans les cœurs, il disparaît aujourd’hui laissant notre communauté orpheline de ses repères. Malgré un accueil chaleureux au CPF (qui permet à l’Eglise de rester dans son quartier historique), notre communauté connaît l’inconfort de ne plus être chez soi. On pourrait s’en plaindre en invoquant des tas de raisons. Mais je préfère y voir un message plus porteur : cet inconfort est sans aucun doute un cadeau de Dieu pour nous apprendre à faire Eglise autrement. Nous devons faire le deuil d’une vie réglée comme du papier à musique pour fabriquer, presque chaque dimanche, une nouvelle Eglise.

Notre seule préoccupation sera, pendant le temps de la reconstruction, de grandir ensemble dans la foi au Christ vivant. La qualité de notre vivre ensemble permettra une croissance numérique. L’évangélisation n’est ni une recette, ni un prosélytisme ; elle est un art de vivre l’évangile : une foi, une fraternité. Le Saint-Esprit s’occupe du reste !

Perspectives et idées 2014-2015

Eglise

  • Initier, former les membres de l’Eglise à la prise en charge de parties du culte (liturgie du culte ; prière d’intercession ; prédication, etc.)
  • Mettre en place un service de garderie pour les enfants
  • Augmenter le montant annuel des collectes en passant à une collecte chaque dimanche

Pasteur

  • Commencer un 3e cycle d’islamologie à la NEST
  • Poursuivre les rencontres œcuméniques, interreligieuses et sociales
  • Organiser un colloque CEEEFE au printemps 2015 (le protestantisme en contexte musulman)

 Beyrouth, le 29 juin 2014

 Pierre Lacoste, pasteur de l’EPFB

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.